Une maison de famille

Un sentier, un tour du lac, une montagne

Les plus attentifs l’auront sans doute remarqué, plus de formule, ni de menus dans cette carte 2014, mais un sentier, un tour du lac et même une montagne, notre montagne, comme une invitation à papillonner en saveurs franc-comtoises.

La truite au bleu, la croûte aux champignons, la tarte fine à la Morteau, les huîtres en tempura betteraves rouges et Comté, à chaque bouchée, nous vous emmenons en voyage au cœur des goûts de notre Montagne, des produits d’ici, bien sûr – parce que nous les aimons, tout simplement, mais aussi des produits d’ailleurs – parce qu’ils y a de beaux et bons produits partout, parce qu’ils se marient à merveille avec notre terroir.

Pour simplement lever le voile et apercevoir un petit bout de Franche-Comté, on commence par un sentier, un plat, un dessert, un verre de vin.

Pour plonger au cœur de notre région, on n’hésite pas à faire le tour du lac.

Pour partir à la découverte du massif jurassien et même voir un peu plus loin … c’est que l’horizon est dégagé au sommet … on part à l’ascension de la montagne, pas n’importe laquelle, notre montagne, notre montagne de gourmandises, notre montagne de plaisirs, en deux ou trois plats, fromages et grand dessert pour finir en beauté.

Nous l’aimons cette montagne.  Notre grand-père, arrière grand-père, arrière-arrière grand-père, Julien Lonchamp, né au Bon Accueil, peut sans doute vous l’expliquer 😉 … voici l’extrait de son livre, Notre Montagne, publié en 1933.

 « Les nécessités de l’existence actuelle obligent à de fréquents déplacements. Au cours de ces voyages, jeunes gens, vous avez sans doute admiré d’autres contrées, où les grappes juteuses pendent aux pampres des vignes, où de belles moissons ondulent sous la brise, où des jardins fleuris … enfin, que sais-je ? … Et pourtant, au retour, lorsque vos yeux ont rencontré nos sapins séculaires, les eaux claires de nos rivières, les villages aux toits rouges qui piquent les sombres sapinières, votre souvenir vous a présenté la comparaison inévitable en pareil cas, et vous vous êtes dit : Oui, c’était beau … je n’avais rien vu de comparable … cependant, chez nous, c’est encore plus beau. Pourquoi ? Il n’est peut être pas certain que vous eussiez pu le dire, car, en pareil cas, c’est votre cœur surtout qui dicte sa préférence. C’est que, voyez-vous, toute notre individualité montagnarde est en quelque sorte imprégnée des beautés où nous avons inconsciemment vécu, et la montagne nous lie à elle comme une amante impérieuse et jalouse. »

Au Bon Accueil, de génération en génération, nous avons la simple envie de partager avec vous notre montagne.

Share Button